Troublée Par Le Coran? Je l’étais un jour!

Une Eductation Strictement Catholique

J’ai été élevée par une mère profondément catholique. Elle m’a mis pendant 9 ans dans une école catholique. Aussi, elle m’a fait adhérer aux classes extrascolaires de la Confraternité de la Doctrine Chrétienne.

Je me levais, m’agenouillais et m’asseyais à l’église chaque dimanche et souvent les vendredis. Ainsi, au début de ma cnversion vers l’islam, j’étais beaucoup plus familière avec la Bible qu’avec le Coran. A présent, je ne le suis plus autant.

La Bible Et Moi

Certes, j’ai toujours trouvé que la Bible était troublante. Elle n’a aucune structure reconnaissable ni chronologie. Elle ne s’apparente non plus ni à une biographie ni à une autobiographie. Elle ne ressemble ni à un manuel, ni à aucun type de livre ou de notice. Cependant, compte tenu de l’éducation religieuse que j’avais reçue, je savais certaines choses.

Le Coran Et Moi

Mais en tant qu’adulte qui s’est convertie durant la période sombre précédente à l’internet et à la propagation des sites diffusant des ressources islamiques légitimes, je dois avouer que j’ai trouvé le Coran complètement embarrassant.

Les personnes qui sont musulmanes par héritage me conseillaient souvent, à moi qui était nouvellement convertie, de lire le Coran. Ceci augmentera ma foi, m’apprendra la croyance et fera de moi une bonne musulmane, etc.

Rien de cela n’était vrai en ce qui me concernait. C’était mon grand secret inavouable. Je trouvais le Coran… indéchiffrable. Ainsi, je me sentais comme une mauvaise musulmane, même si j’étais nouvellement convertie. Mais avec du recul, je me dis que je n’aurais pas dû me juger de la sorte.

Vous pouvez penser que j’étais une mauvaise musulmane ou, au moins, une convertie ignorante. Il se peut que vous pensiez également que les adultes qui décident de changer de religion doivent avoir lu et compris au préalable les livres sur la croyance concernée en détail. Vous auriez alors tort de le penser.

La Méthode A Adopter

La réalité est qu’on n’a pas besoin de tout savoir sur le Coran ou d’en avoir lu une grande partie pour croire 1- en l’invisibilité d’Allah le Créateur et attester de Son Unicité, 2- au Message d’Unicité d’Allah envoyé à Ses nobles Prophètes à destination des humains.

Tel est le thème et le message central du Coran. Lorsqu’on le comprend, qu’on y croit et qu’on soumet sa propre volonté à celle d’Allah, on est alors musulman. Je l’ai compris, j’y ai cru, je me suis soumise. Ainsi, je suis devenue musulmane.

En fait, les premiers musulmans avaient agi de la même façon. Ils étaient devenus musulmans après la révélation de quelques versets du Coran seulement. Ils ne connaissaient pas le Coran dans son entièreté ni ne l’avaient compris. Cependant, ils ont cru en l’Unicité absolue d’Allah et en la véracité de l’homme le plus véridique et le plus digne de confiance qu’ils aient jamais connu, le dernier Prophète et Messager Mohammad (Sallah Allah Alayhi Wa Sallam).

Comprendre Le Message

Même si j’avais compris et adhéré au message central du Coran, je n’arrivais pas à le lire. Il n’avait aucune structure reconnaissable ni chronologie. Il n’était pas non plus totalement une biographie ni un livre d’instructions. Néanmoins, le Coran comprend des histoires, des récits biographiques et des instructions. Ainsi, pendant mes quelques premières années en tant que musulmane, je croyais que mon manque de compréhension du Coran était dû à ma stupidité et que j’étais mauvaise.

Je constatais que certaines personnes y arrivaient. Elles avaient lu le Coran et étaient devenues musulmanes. Je ne faisais pas partie de cette catégorie de personnes. Elles sont plus que savantes, qu’Allah les bénisse et les protège. Je ne suis pas super savante, ni même savante. J’étais seulement la fille d’un scientifique des fusées, troublée par son livre sacré.

Gary Vaynerchuk, un auteur célèbre, entrepreneur et gourou des médias dit :

« Si le contenu est Roi, le contexte est Dieu. »

Il ne veut pas dire que le contenu mérite d’être adoré, mais il veut souligner « qu’un contenu de qualité se base sur le contexte. »

Même si je ne suis pas d’accord avec cette affirmation blasphématoire, je suis d’accord avec le sentiment exprimé.

L’Importance Majeure du Contexte

On ne peut rien comprendre sans contexte. Si je viens vous dire : « provient de toute sa masse », vous ne comprendrez certainement pas. Vous penserez probablement que je suis une personne dérangée mentalement et chercherez à me donner le change pour vous débarrasser de moi.

Je ne vous en aurais pas blâmé. En effet, arriver devant quelqu’un pour prononcer des fragments de phrases n’est pas agréable. Au lieu de cela, si j’avais dit : « Hé, ma fille de 4 ans vient de me dire que la gravité de la Terre provient de toute sa masse. Elle est intelligente, non ? » Vous comprendriez mieux ce que je veux dire. C’est dû au fait que le contexte compte pour tout.

Il en est de même pour la Révélation. Ainsi, bien que le contenu provienne du Créateur du langage, de la langue parlée par les humains et de la partie du cerveau qui formule et comprend la communication, le contexte reste important. En effet, nous ne sommes que des humains.

Je devais recourir à ce procédé difficile de lire, comprendre et réfléchir sur le Coran en contexte. J’ai commencé à procéder de la sorte à mesure que j’en apprenais davantage sur l’Islam. Après avoir commencé à lire les livres de Hadith et sur la vie du Prophète Mohammad (Sallah Allah Alayhi Wa Sallam), la lecture du Coran commençait à devenir un peu plus claire.

Lorsque j’ai compris que la langue elle-même était un contexte qui se perdait souvent avec la traduction, le Coran devenait moins troublant. J’ai su que face à un mot ou des phrases qui n’avaient pas de sens pour moi ou qui font que je ne saisis pas la signification d’un verset, je pouvais me tourner vers les linguistes arabes pour comprendre.

Ce N’est Plus Jamais Troublant

Après que j’aie lu les Histoires des Prophètes d’Ibn Kathîr et des exégèses (Tafsîr), le Coran commençait à susciter grandement mon intérêt. En réalisant que mes propres préjugés pouvaient entraver une compréhension authentique, je trouvais que le Coran devenait moins aléatoire. Après avoir appris que la première Sourate (Al-Fâtiha) était la lentille à travers laquelle tout le Coran devait être lu, je pouvais enfin dire que le Coran était moins troublant pour moi.

Pièce par pièce, comme pour un puzzle éparpillé, je commençais à percevoir un contexte. J’ai su que si quelque chose ne me paraissait pas compréhensible ou me troublait, je devais trouver le contexte, chercher dans la Sîra (biographie du Prophète, Sallah Allah Alayhi Wa Sallam) ou les histoires des Prophètes, trouver des mots ou des phrases pouvant avoir été mal traduits en anglais ou réfléchir à mes propres préjugés.

La perte du contenu et du contexte originaux de la Bible fut une tragédie. Mais telle est la volonté d’Allah. A présent, nous disposons toujours du contenu original du Coran, la dernière et ultime Révélation d’Allah.

Cependant, même si le contenu est identique, nous avons encore besoin d’un cadre de référence et d’un contexte. Les très nombreux savants, anciens et contemporains, ont préservé ce contexte. Ainsi, nous pouvons comprendre la Révélation même après 1400 ans de l’envoi du Coran à l’humanité.

Le fait d’arriver au stade de dire que le Coran n’est pas troublant n’est que le début de mon voyage, si Allah le veut. Rien n’est plus extraordinaire pour moi que de savoir que j’ai l’opportunité de comprendre le Message d’Allah en profondeur.

Vous pouvez lire la version anglaise originale de cet article ici.