fbpx

Pourquoi Allah Permet-Il Au Mal D’exister ?

Face à l’ampleur du mal dans le monde, les personnes sensibles demandent souvent :

« S’il existe un Dieu Souverain plein d’amour pour Ses créatures, pourquoi permet-Il au mal d’exister ? »

Cette question conduit souvent à un argument en faveur de l’inexistence de Dieu comme celui-ci :

1- Dieu existe et est Tout-Puissant, Omniscient et Bon à tous égards.

2- Le mal existe.

3- Comme les deux ci-dessus sont logiquement incompatibles, tous les deux ne peuvent pas être vrais. Il est évident que le mal existe ; donc Dieu n’existe pas.

L’Islam enseigne que Dieu est Tout-Puissant, mais cela ne signifie pas qu’Il fait des choses contredisant la logique ou ne siéant pas à Son caractère. Par exemple, Il ne fait pas d’un cercle un carré, tout en le gardant à la fois cercle et carré.

C’est aussi un enseignement islamique au sujet de Dieu qu’il est Parfait et donc qu’Il ne souffre ni ne meurt, parce que c’est contre Sa nature.

Pourquoi Le Mal ?

La deuxième question impliquée dans l’argument ci-dessus est : si Dieu est Bon, pourquoi permet-Il le mal ?

La réponse est qu’un Dieu bon peut permettre le mal s’Il a une bonne raison. Nous n’avons pas besoin de connaître les raisons de Dieu pour permettre le mal, parce qu’il est dit dans le Coran que nous n’avons eu que très peu de connaissances.

Par conséquent, il suffirait que nous connaissions une raison possible pour que Dieu permette au mal d’exister. A partir du Coran, nous pouvons comprendre qu’Allah a donné le libre arbitre aux humains, afin de les tester et connaître par les preuves qui est le meilleur dans les bonnes actions.

« Toute âme doit goûter la mort. Nous vous éprouverons par le mal et par le bien [à titre] de tentation. Et c’est à Nous que vous serez ramenés. » (Coran 21:35)

Une conséquence de la liberté est que les humains peuvent choisir le mal au lieu du bien. S’ils sont empêchés de force de choisir le mal, il n’y aura pas de liberté. C’est-à-dire qu’Allah ne peut avoir des êtres libres qu’Il force à ne choisir que le bien ; car cela entraînerait une impossibilité logique.

En tant qu’êtres intelligents, nous savons que la plupart des choses qui font que la vie vaut la peine d’être vécue nécessitent que nous ayons le libre arbitre. La responsabilité morale, le sens de l’accomplissement individuel et des relations personnelles satisfaisantes sont quelques éléments précieux qui ne peuvent exister sans la liberté de choix.

Le Pourquoi Des Catastrophes Naturelles ?

Mais on peut se demander pourquoi les maux naturels comme les tremblements de terre sont autorisés, là où le libre arbitre ne joue aucun rôle.

La réponse se trouve dans le lien de cause à effet qui fait partie de la nature. Nous savons que nos actions sont dans une large mesure motivées par l’attente d’obtenir les résultats souhaités. Cela n’est possible que si nos actions aboutissent réellement à des résultats. Ensuite, nos actions deviennent significatives et nous pouvons, espérons-le, nous engager dans de bonnes œuvres.

Nous savons que le feu est utile parce qu’il brûle et nous aide à faire cuire nos aliments. Mais, la même qualité de feu peut incendier des maisons. C’est-à-dire que les choses mêmes qui nous sont utiles peuvent aussi inévitablement causer des dommages. Peut-on désormais se passer complètement du feu à cause de son côté destructeur ?

D’un point de vue islamique, le mal est pareil à un jumeau, l’autre étant le bien ; car le bien sur terre est ironiquement lié au mal. En fait, le bien dans ce monde ne peut exister sans le mal. Ce sont les deux faces d’une même pièce, et les deux sont des concepts relatifs.

Par exemple, secourir un homme qui se noie est une bonne chose. Pourtant, cela n’aurait pas été possible sans que cette noyade n’ait lieu, ce qui est une mauvaise chose. C’est-à-dire que nous n’avons une chance de faire le bien que lorsqu’il y a un besoin, qui implique du « mal », ou en tout cas n’est pas « bon ».

Nous remplaçons ce mal, ou l’absence de bien, par le bien. Les imperfections et les lacunes de ce monde nous offrent de nombreuses opportunités de faire des efforts créatifs pour nous améliorer, ce qui donne un sens à notre vie et à notre œuvre.

Il semble que les forces du bien et du mal agissent en sens inverses. Mais en dernière analyse, leur action peut être considérée comme une coopération secrète pour accomplir le plan divin. Nous savons que le mal ne peut exister sans qu’Allah ne veuille qu’il existe. Si c’est le cas, le mal a un rôle à jouer.

Est-ce Que Nécessaire A La Croissance Spirituelle ?

En bref, le bien et le mal sont également nécessaires au développement spirituel de l’Homme. Pour que l’esprit grandisse, il doit vaincre le mal et faire le bien.

Allah dit dans le Coran ce que signifie :

« La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse (le mal) par ce qui est meilleur ; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. * Mais (ce privilège) n’est donné qu’à ceux qui endurent et il n’est donné qu’au possesseur d’une grâce infinie. » (Coran 41:34-35)

C’est-à-dire que nous devons contrer le mal par le bien. Mais pour ce faire, une immense patience est nécessaire. Quant aux croyants, le bien ne les gâte pas, et le mal ne les désespère pas non plus.

On peut dire qu’un croyant doit avoir deux sortes de patience : l’une face au mal moral tandis que l’autre face au mal naturel. Les deux sont nécessaires au développement spirituel.

Un exemple de mal moral est l’insulte qu’un croyant subit de la part d’une personne arrogante. Ici, le croyant contrôle sa colère avec patience et réussit l’épreuve.

L’un des maux naturels est une inondation causant la souffrance de nombreuses personnes, y compris des enfants. Les croyants dans ce contexte ne maudissent pas Dieu, car ils prennent cela comme un test de leur foi. Alors ils sortent pour aider les victimes de toutes les manières possibles.

S’ils sont eux-mêmes des victimes, ils sont patients, demandent pardon à Allah pour leurs propres manquements et lui implorent la protection. Ainsi s’approchent-ils d’Allah et réussissent-ils cette épreuve.

Le Prophète Mohammad a dit un jour :

« Que le cas du croyant est étonnant ! Tout ce qui le concerne est un bien, et cela n’appartient à personne d’autre qu’au croyant : Si un bonheur l’atteint, il se montre reconnaissant et c’est un bien pour lui. Et si un malheur l’atteint, il se montre patient, et c’est un bien pour lui. » (Mouslim)

Allah dit dans le Coran ce que signifie :

« Et cherchez secours dans l’endurance et la Salât : certes, la Salât est une lourde obligation, sauf pour les humbles…. » (Coran 2:45)

Les croyants sont convincus que toute chose et tout événement sont sous le contrôle d’Allah et ne perdent jamais espoir. Ils font confiance à la bienveillance et à la miséricorde éternelles d’Allah Qui dit dans le Coran :

« Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. » (Coran 2:286)

Et encore :

« Et Ma miséricorde embrasse toute chose. » (Coran 7:156)

Comme la miséricorde d’Allah est omniprésente, elle satisfait le plus petit besoin de la créature la plus humble de la manière la plus inattendue.

Pour consulter le texte originel en anglais, veuillez visiter ce lien.

About Professor Shahul Hameed
Professor Shahul Hameed is an Islamic consultant. He also held the position of the President of the Kerala Islamic Mission, Calicut, India. He is the author of three books on Islam published in the Malayalam language. His books are on comparative religion, the status of women, and science and human values.