Le Prophète Mohammad – Notre Guide Spirituel

C’est le Prophète Mohammad (Sallah Allah Alayhi Wa Sallam) qui nous a fait lever les yeux pour voir le ciel et nous a guidés vers la lumière d’Allah.

De plus, c’est lui qui nous a amenés à briser les statues de pierre et de bois. C’est lui qui nous a sortis de l’idolâtrie pour connaitre la transcendance d’Allah.

Pendant la Nuit du Destin d’un mois de Ramadan, le Coran fut révélé à Mohammad. Il reçut ainsi ses premiers versets dans la Grotte de Hirâ’.

Par la suite, le Prophète nous a appris comment célébrer Ramadan par le jeûne et les Salâts de nuit. Ainsi, chaque jour est passé en patience et en jeûne, et chaque nuit est passée dans la gratitude.

Une Transformation Inattendue

La façon dont le Prophète a réformé ces tribus indisciplinées d’Arabie, n’était rien moins qu’un miracle. Il les transforma en des hommes pieux et disciplinés qui accomplissent les Salâts dans la mosquée cinq fois par jour en espérant la guidance d’Allah.

Ces mêmes personnes qui baignaient avant dans les plaisirs du «vin et des femmes» pouvaient à présent jeûner et prier pendant tout le Ramadan.

Le Prophète a introduit l’amour et la crainte d’Allah ainsi que l’amour de l’humanité dans les cœurs de ses suivants. Il était un exemple inspirateur. Chacun voulait être son Compagnon le plus proche.

Il était, pour eux, le chef le plus sincère et le plus cordial. Sa vie était un livre ouvert; ils pouvaient voir comment il appliquait dans sa propre vie ce qu’il prêchait.

Laisser L’esprit Prendre Le Dessus

Le Prophète a montré aux siens que ce monde est moins important que celui d’après, et que le corps est moins important que l’âme. En plus, il leur apprit, par le jeûne, comment ignorer les besoins physiques pour que l’esprit prenne le dessus.

L’abstention de la nourriture, de la boisson et des rapports sexuels, était le prélude d’une étape plus importante, à savoir celle de dompter l’avidité, la cupidité, la luxure et le libertinage et de libérer l’esprit des passions et des colères.

Le Prophète a dit:

«Le fort n’est pas celui qui bat son adversaire, mais plutôt celui qui s’avère capable de se maîtriser en cas de colère.» (Boukhârî).

Au sujet de l’effet du jeûne sur le comportement, le Prophète a dit:

«Le jeûne est un bouclier. Quand l’un de vous se met à jeûner, qu’il s’abstienne de tous propos scabreux et de tout acte de légèreté. Si quelqu’un l’insulte ou s’attaque à lui, qu’il dise: ‘Je suis en jeûne! Je suis en jeûne!’». (Boukhârî).

Selon le Prophète, le jeûne est non seulement de s’abstenir de ses propres plaisirs, mais aussi de considérer les besoins de ses frères comme les siens propres. Personne n’était plus généreux que le Messager d’Allah. Et sa générosité atteignait son apogée durant le Ramadan. (Boukhârî).

Le Prophète a souligné l’importance de bien traiter les gens en disant:

«Facilitez les choses au lieu de les rendre difficiles et suscitez la quiétude au lieu de la répulsion». (Boukhârî).

Il a aussi dit:

«Le plus aimé d’Allah, l’Exalté, parmi les gens est celui qui leur est le plus utile. L’œuvre la plus aimée d’Allah consiste à faire plaisir à un musulman, ou à lui enlever un souci, ou à régler une dette à sa place, ou à lui enlever la faim. Le fait que j’accompagne un frère dans son effort pour satisfaire un besoin m’est préférable à une retraite effectuée dans cette mosquée pour la durée d’un mois… ». (Tabarânî).

Le cœur de celui qui jeûne avec sincérité s’ouvre à la méditation sur les innombrables bienfaits d’Allah. C’est pour cela que le Prophète a recommandé à ses Compagnons d’éviter la gourmandise:

«Le repas de deux suffit pour trois et le repas de trois suffit pour quatre.» (Boukhârî).

La Douceur Dans L’épreuve

Allah est le tout-Miséricordieux. Il nous a gratifiés de Sa Miséricorde en envoyant Son dernier Messager miséricordieux Mohammad qui a dit:

«Soyez miséricordieux envers les habitants de la terre, Celui qui est dans le Ciel sera miséricordieux envers vous.» (Tirmidhî)

«Le croyant n’est pas celui qui mange jusqu’à satiété alors que son voisin, à côté de lui, est affamé.» (Baïhaqî).

Ce n’est donc pas surprenant que les Compagnons du Prophète l’aimaient beaucoup, étant donné qu’il était l’homme qui avait le plus de bonté, et que sa miséricorde s’étendait sur les humains aussi bien que sur les autres créatures.

Aucun chef ne peut être plus bienveillant envers ses suivants que Mohammad. Il ne laissa aucun musulman supporter plus qu’il ne pouvait, comme Allah Lui-même le décréta.

En effet, il était conscient des infirmités des gens, et on voit cela en matière de jeûne.

Des Exemples Sur Sa Magnanimité…

Quand il voyageait pendant le Ramadan, le Prophète jeûnait certaines fois et ne jeûnait pas d’autres. Il autorisa ses Compagnons de choisir l’une ou l’autre option, suivant leur capacité.

On note que le Prophète n’a pas indiqué de distance de voyage minimale pour autoriser la rupture du jeûne. Ses Compagnons rompaient leur jeûne juste après leur départ en suivant l’exemple du Prophète lui-même.

De même, quand il faisait chaud ou qu’ils avaient soif, ils étaient autorisés à se verser de l’eau fraîche sur la tête. Le Prophète le faisait également.

Durant le Ramadan, ses contacts avec ses épouses ne changeaient pas. Il interdit uniquement les actes qui pouvaient induire la rupture du jeûne.

Concernant les Salâts de Tarâwîh (prières de nuit surérogatoires de Ramadan), il est rapporté que le Prophète avait commencé à les accomplir en communauté. Puis, il arrêta, par crainte que ces Salâts ne deviennent obligatoires s’il continuait à les accomplir en communauté.

Il a recommandé aux musulmans de retarder le Sohour (repas qui précède l’aube) jusqu’à ce que le moment de la prière de Fajr (l’aube) soit proche et de ne pas retarder l’Iftâr (repas de rupture du jeûne) quand le moment de la prière du Maghrib (coucher du soleil) arrive. Ainsi, le prolongement du temps du jeûne est évité.

Quand il voyageait pendant le Ramadan, le Prophète jeûnait certaines fois et ne jeûnait pas d’autres. Il autorisa ses Compagnons de choisir l’une ou l’autre option, suivant leur capacité.

On note que le Prophète n’a pas indiqué de distance de voyage minimale pour autoriser la rupture du jeûne. Ses Compagnons rompaient leur jeûne juste après leur départ en suivant l’exemple du Prophète lui-même.

De même, quand il faisait chaud ou qu’ils avaient soif, ils étaient autorisés à se verser de l’eau fraîche sur la tête. Le Prophète le faisait également.

Durant le Ramadan, ses contacts avec ses épouses ne changeaient pas. Il interdit uniquement les actes qui pouvaient induire la rupture du jeûne.

Concernant les Salâts de Tarâwîh (prières de nuit surérogatoires de Ramadan), il est rapporté que le Prophète avait commencé à les accomplir en communauté. Puis, il arrêta, par crainte que ces Salâts ne deviennent obligatoires s’il continuait à les accomplir en communauté.

En montrant qu’il était préférable d’accomplir les Tarâwîh en communauté, il fit preuve de clémence dans ce domaine.

La Retraite: Le Rafraîchissement De L’âme

Au mois de Ramadan, le point culminant pour les musulmans est la recherche de Laïlatou ‘l-Qadr (la Nuit du Destin) pendant les dix dernières nuits.

Durant cette période, le Prophète accomplissait un acte particulier d’adoration; l’I`tikâf qui est une retraite spirituelle durant laquelle le croyant se confine à l’intérieur de la mosquée pour adorer Allah et L’évoquer.

A notre époque moderne de course derrière les plaisirs éphémères, on a besoin de revenir à l’isolement dans les maisons de Salât de temps à autre. Ceci est essentiel pour le rajeunissement spirituel et le retour vers le Créateur.

Ainsi, le Prophète nous a appris comment profiter de Ramadan pour dompter nos passions, renoncer à nos désirs et pratiquer la patience face aux épreuves.

Il nous a exhortés à soutenir nos semblables les moins favorisés pendant le Ramadan.

Par-dessus tout, Ramadan est le mois où on doit méditer sur la grâce et les bienfaits d’Allah, retourner vers notre Seigneur par le repentir et Lui implorer sincèrement le pardon.

Vous pouvez lire la version anglaise originale de cet article ici.